Proposition 37 – Conforter la médecine du travail et renforcer l’approche santé dans l’activité professionnelle.

La réalité du travail aujourd’hui a engendré de nouvelles formes de risques santé (gestes répétitifs, risques psychologiques liés au management…), risques liés au télétravail. Or, le monde du travail ne doit pas créer un contexte qui aggrave l’état de santé mais au contraire contribuer à la promouvoir. La réforme actuellement examinée par le Parlement va fragiliser fortement la médecine du travail et limitera encore son indépendance à l’égard de l’employeur.

Conforter la médecine du travail et renforcer l’approche santé dans l’activité professionnelle. Il faut s’engager dans une prise en charge globale des risques du travail (environnement, matériel, matières premières, postures, management…) et ce, avec toutes les parties prenantes : médecine du travail indépendante et au financement garanti, syndicats, employeurs, CSE et les Commisions Santé Sécurité et Conditions de Travail dont les moyens doivent aussi être renforcés. Les mutuelles pourront investir une fonction de tiers de confiance pour les différentes parties afin de développer des actions de prévention.