Éditorial du cahier de propositions

La pandémie de Covid-19 accentue les crises sociales, économiques, démocratiques, et humaines à l’échelle de la France et du monde. Cette crise multiforme constitue moins une parenthèse après laquelle tout rentrera dans l’ordre, qu’un moment charnière de l’histoire, un basculement. La sortie de crise ne nous engagera pas automatiquement dans la voie du progrès. Ce n’est pas un plan de relance dont nous avons besoin mais d’un plan de transformation sociale dans une perspective de progrès.

 

Les libéraux et les nationalistes profitent chacun de la crise sanitaire pour accélérer la mise en œuvre de leurs agendas politiques. Les uns reprochent à ce qui reste des conquis sociaux les faiblesses résultant de leurs propres décisions pour les démanteler. Les autres essayent de nous faire prendre les frontières pour des gestes barrières. Nous voyons venir, comme après la « crise des subprimes » en 2008, le temps des « économies nécessaires », sur le dos des ménages et, celui des bouc-émissaires, sur le dos des étrangers.

 

De plus, la crise pourrait accélérer la dénaturation de la protection sociale. Cette dernière a été pensée initialement pour protéger les femmes et les hommes mais est depuis longtemps détournée au profit des entreprises prétextant une politique favorable à l’emploi. En se focalisant sur les entreprises, le « quoi qu’il en coûte » macronien accentue le changement de nature de la protection sociale qui deviendrait une protection d’État pour les entreprises privées. Pendant ce temps-là, les populations réputées non productives, écoliers, chômeurs, retraités, par exemple sont laissées pour compte et les services publics, laissés à l’abandon.

 

Nous devons identifier les évolutions que ces crises vont impliquer et proposer le changement. Un changement qui permette le progrès dans l’intérêt du plus grand nombre. Nous vivons une crise économique qui remet en cause nos modes de production et de consommation. Nous vivons une crise sociale qui met au jour la conséquence de la paupérisation du système de santé et le démantèlement des dispositifs sociaux avec un accroissement de la précarité et une extrême fragilité des plus démunis. Nous vivons une crise politique qui parachève la rupture de confiance dans les systèmes de représentation. Pour beaucoup, l’action collective n’est plus considérée comme levier de prise en charge du bien commun dans la durée.

 

Dès lors, il nous reste un autre avenir à construire pour le progrès social. C’est ce que nous proposons sur la base de notre réflexion, de notre identité et de nos valeurs.

 

Mutualistes, nous défendons, au travers de ce cahier de propositions, un projet de société solidaire pour mettre la population « en sécurité sociale ». Mutualistes, nous voulons une société qui invente les solidarités nouvelles dont nous avons collectivement besoin dans ce 21e siècle. Une société qui combat les injustices aggravées pendant la crise, qui propose un avenir à la jeunesse stigmatisée et pénalisée, qui réalise effectivement l’égalité entre les hommes et les femmes. Mutualistes, nous œuvrons pour une société en chemin vers la justice sociale.

 

Ce travail, nous n’allons pas le mener seuls. Nous faisons partie du mouvement social. Nous proposons de prendre part à la mobilisation et l’articulation des forces de progrès, forces politiques, forces sociales, forces citoyennes afin de remettre en cause l’ordonnancement libéral à l’œuvre et de remettre l’être humain, sa dignité, sa richesse, ses droits imprescriptibles au cœur de notre organisation sociale. Notre plateforme de propositions est articulée autour de 4 orientations :

  • Construire une protection sociale universelle
  • Permettre l’accès de toutes et tous à la santé
  • Promouvoir la citoyenneté en santé dans une société démocratique
  • Faire de l’économie sociale et solidaire un levier de changement

 


Cliquez sur les thématiques ci-dessous pour commencer à découvrir nos propositions

Centre de santé Coordination démocratie Déterminants de santé ESS Financements Hôpital jeunesse Médecin Médicament Offre de soin Organisation des soins Premier recours Professionnel de santé Prévention Santé publique Territoire Travail Éducation à la santé

logo

Qui sommes nous ?

La Fédération des mutuelles de France regroupe plus de 60 groupements mutualistes, dont 40 mutuelles complémentaires-santé et 20 unions ou mutuelles gérant plus de 280 établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux. L’ensemble des mutuelles et unions de la FMF protègent 2 millions de personnes. Née en 1986 et héritière de la Fédération nationale des mutuelles de travailleurs, la FMF est membre de la Fédération nationale de la Mutualité française depuis l’unification du mouvement mutualiste en 2002.